Commune de Grisolles (82)
52 715 m2 SHON
608 logements 19,6 ha.
Plan de référence et charte des espaces publics
9 945 000 € d’investissement
2010 2011

Documents en téléchargement

UN QUARTIER SUR UNE FRICHE INDUSTRIELLE
À deux pas de la gare, cette friche industrielle est une occasion à ne pas rater de proposer de nouvelles formes urbaines
qui soient à la fois en rapport avec le village mais qui offrent une densité raisonnée
à même de lutter contre l’étalement urbain qui s’accélère dans cette grande ceinture de Toulouse et de Montauban.
Le projet inscrit des lanières qui prolongent le socle urbain sur lequel s’est développé le village accueillant en son sein
des jardins ouverts à tous.
Un hangar est réhabilité afin d’accueillir serre de reproduction, espaces d’exposition et lieu de réunion
et de festivités pour les habitants.
Le long des berges une halte nautique permet de créer un premier lieu de vie avec des artistes accueillis en résidence
(Grisolles est déjà un lieu réputé de l’art contemporain) qui travailleront sur les espaces publics.
La mise en valeur de ce territoire permet de réaliser un pan important du réseau de circulations douces
et du « parc linéaire » prévus au plan de référence des espaces publics que nous avions établis il y a 5 ans de cela.
Les aménagements proposés se veulent très simples afin de préserver une ambiance particulière aux lieux.

BIEN AU-DELÀ D’UN QUARTIER
Le projet cherche à utiliser le quartier comme moteur d’une dynamique qui couvre l’ensemble de la commune
autour de trois thèmes :

1. L’espace public au cœur
Le projet prend la suite d’un plan de référence des espaces publics.
Il propose de faire du quartier un lieu d’expérimentation et d’échanges autour de l’espace public
(jardins évènements avec l’intervention d’artistes, lieu de partage d’expériences sur les aménagements urbains,
espaces de sensibilisation aux paysages…).

2. La reconquête du canal
À l’instar de Rotterdam, le projet veut montrer que l’on peut faire sortir une voie d’eau de son alignement d’arbres
et la faire vivre dans sa profondeur (ferme école, écoquartier, agricultures raisonnées…).

3. Ceinture verte et filière horticole (liée aux aménagements urbains)
Le projet propose d’encourager le développement d’une filière horticole apte à proposer des espèces végétales plus riches
que la production standardisée des grandes chaînes ainsi que des espèces endogènes afin de favoriser des plantations
en rapport avec le paysage.
Cette politique de filière se décline sous plusieurs formes : aide à l’implantation d’une pépinière, serre de reproduction,
maison de pays et lieu de vente, centre de formation aux agents municipaux…
Si certaines de ces actions prennent place dans le quartier, beaucoup d’autres concernent le reste de la commune
ou de l’intercommunalité.