• avant
  • avant

PLACE DU MONUMENTS AUX MORTS
Ville de Grisolles (82)
avec Juliette Favaron et ECCTA
Mission complète
1 115 000 € HT de travaux
Novembre 2004 Septembre 2008

PLACE DE LA HALLE ET CŒUR DE VILLE
avec J. Favaron, R. Stinville, ECCTA
Mission complète travaux en cours
Travaux 4 500 000 € HT
Novembre 2004 2011

UNE PLACE INTIME
La Place du Monument aux Morts est recomposée au profit du piéton.
L’espace public est étendu, recadrant la voirie.
Un arbre remarquable (chêne sessile) ponctu et signale la place. Le reste de la place est planté de cerisiers du japon
sous lesquels des massifs de pistachiers taillés organisent l’espace et le rende plus intime.
Des bancs s’adossent aux tables vertes à l’ombre des cerisiers.
Les façades sont bordées de plantations de vivaces basses amenant des touches de couleurs.
Les sols se composent de bétons sur les trottoirs traités avec différentes finitions (béton grenaillé, désactivé, lissé),
et d’une castine pour le cœur de la place.
De nuit, la place s’anime grâce à des halos lumineux provenant de spots agencés sur des mâts.

UNE VILLE EN CONTINUE
Continuïté et discrétion ont été les fils directeurs de ce projet dont l’objectif est de mettre en valeur le village dans son identité et dans ses usages, et non de mettre en avant les aménagements en eux-mêmes.
La composition cherche avec le moins d’effets possible à offrir des lieux spacieux et polyvalents.
Le projet décline une gamme très limitée de matériaux en jouant sur les différences de mise en œuvre.
La cohérence du projet d’un bout à l’autre de la commune est assurée par l’homogénéïté des traitement
et le soin apporté au dessin de l’espaces publics dans les détails .

DÉFINIR UNE POLITIQUE GLOBALE DES ESPACES PUBLICS
Avant de proposer des solutions formelles, la commune a été invitée à définir une stratégie d’aménagement de son paysage
sur l’ensemble de son territoire, un nouveau schéma de circulation.
Le plan paysage propose de renforcer les motifs paysagers existants : le socle urbain avec des voiries plus « citadines »,
la plaine inondable et des côteaux dont la vocation est de rester peu denses et d’être protégés des excès de l’urbanisation.
Autour du socle, les seuils (les bords du canal et la ripisylve du ruisseau du Pezoulat) sont valorisés en créant un vaste parc linéaire qui permet de faire le tour de la commune.