• Essen La ville sauvée par ses usines mercredi 8 janvier 2014

    La vallée de la Ruhr est une conurbation aussi vaste que désespérante. On a beau être en Allemagne, il ne fait pas bon s’y aventurer en vélo.
    Seul le GPS et des bons chevaux dans le moteur vous permettent de survivre dans ce sac de nœud autoroutier qui irrigue cette immense « entre-deux ville » (Sieverts 2012 ) . Quant aux « centres urbains », qui se dispersent dans la maille, ils rivalisent de sinistrose et nous rappellent le tapis de bombes sur lequel ils furent reconstruits.
    Mais c’était sans compter sans un atout étonnant : les usines. Ces monstres de gigantisme qui furent le symbole de la désespérance lorsqu’elles fermèrent leurs portes sont aujourd’hui la chance de la région.
    Partout, des espaces plus incroyables les uns que les autres qui vous transportent dans des univers que même Enki Bilal n’aurait imaginées.
    Pour n’en citer qu’un, je me trouve à Duisbourg, la nuit tombante, désespérant de trouver une chambre.
    Je fais quelques pas derrière l’auberge de jeunesse et, attiré par des bruits étranges, je pénètre une vie étonnante au travers des anciennes usines. Ici un orchestre répète dans un immense entrepôt, là des jeunes escaladent des murs en bétons cyclopéens, des amoureux se bécotent sous un aqueduc, au milieu des lapins qui gambadent dans l’herbe. Au cœur du complexe industriel, une lumière m’attire, de la musique puis du sable au sol. Dans le halo de lumière, une immense foule grouille autour d’un grand bar central attendant le début d’un film en plein air dans une ambiance géniale.
    De retour dans la banlieue Toulousaine, dans les plaines désespérément plates de la Garonne , je me disais que beaucoup de sites « faibles » rêveraient d’avoir de vieilles usines pour faire émerger, un jour, un peu de poésie au milieu ce junkspace ( Koolhaas 2010 ) qui est désormais notre défi d’aujourd’hui …

    1 . le parc du Duisbourg-Nord réalisé par Peter Latz, paysagiste

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Anvers… Dageraadplats Tout le monde dehors ! vendredi 26 juin 2009

    Nous y sommes arrivés en fin de journée alors que nous errions avec Pierre dans les faubourgs sans nous douter que nous trouverions un lieu aussi animé hors du centre.
    Parti pour boire un verre nous y sommes restés jusqu’à la nuit noir, sidérés de la densité de vie au centimètre carré.
    Dans le grand rectangle les cafés et les restos chics.
    Dans le second rectangle les tables de pique- nique où se tiennent notamment pas mal d’immigrés qui font la causette ainsi que des jeux qui grouillent d’enfants.
    Dans le rectangle intérieur, un enrobé avec au sol un terrain de foot tracé au sol qui accueille des matchs de gamins, traversés par les skateurs et les patinettes.
    Sans parler des sorties de l’église, on a rarement vu autant de diversité de gens dans un si petit périmètre.
    L’espace, plastiquement, n’est pas renversant
    Il n’a aucun espoir de figurer dans une revue d’archi et pourtant … c’est peut être un des endroits les plus vivants que l’on puisse rencontrer.
    Peut-être justement parce que personne ne sent inhibés par un design trop sophistiqué
    À méditer
    > Voir aussi Bordeaux, si belle en son miroir
    > Voir à l’inverse Paris, BNF Y a quelqu’un ?

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Rotterdam La ville des flux est vivable mercredi 8 janvier 2014

    Jaloux du Brampton de Denis c’est à Rotterdam que je me décide à acheter le seul qui pourrait lui faire concurrence, un Strida. Fort de cette acquisition instable, je me mets en tête d’aller à Terbregge à quelques kilomètres vers le nord.
    Pour quitter la ville, on ne peut pas dire que la qualité des espaces publics retient mon attention. Par contre leur efficacité est évidente.
    Le trajet à vélo est non seulement sans obstacle mais dès que le centre ait passé, vous plonge dans une ambiance verdoyante des plus agréables.
    Au détour d’une petite erreur de parcours, une ferme école où tout le monde se retrouve à midi. Plus loin, une piscine naturelle où les enfants se pressent.
    Au retour, je rentre par les bords du canal de Rotte , et son ambiance rurale avec en fond les grands ensembles, qui fait office d’immense espace public : vastes paysages, serres, vaches qui pâturent, habitants qui paressent sur leur chaise au bord de l’eau, enfants qui plongent des ponts et sportifs qui poussent leurs avirons…
    La Hollande fait preuve à nouveau de son pragmatisme (le pragmatisme hollandais est une marque déposée depuis 1607 !).
    Elle est la démonstration que la ville des flux ( Mongin 2013) peut donner construire des liens supports de vrais espaces publics.
    Une ville qui n’a pas sacrifié au nom de la mobilité le souci de préserver la qualité des lieux. Une ville où la voiture n’a pas supprimé tous les autres modes déplacements. Une ville du quotidien qui n’est pas assujetti à la nécessité d’aller toujours plus loin chercher un coin où être bien…


    > Voir aussi Helsinki, la ville archipel
    > Voir à l’inverse Toulouse, des nœuds et des fils

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    Drachten Le shared space testé pour vous mardi 30 juin 2009

    Nous étions venu, Denis et moi, jusque dans cette ville improbable pour y tester le shared space.
    Le shared space c’est ce mouvement qui milite pour revenir à un espace de voirie libéré de toute priorité, signalétique, mobilier et autres éléments normatifs pour responsabiliser tous les véhicules et qui prétend amener chacun à se comporter en mobile civilisé.
    L’expérience est édifiante et les vidéos que nous avons faites en témoigneront.
    Réalisés aux deux extrémités des rues du centre, les carrefours "shared space" sont assez démonstratifs.
    Tous les véhicules gardent une vitesse relativement soutenus mais force est de constater que chacun semble faire très attention à son environnement faute d’indications.
    Suit un ballet qui semble sorti d’un film de Charlie Chaplin. Toutes sortes de gens ( des vieux, des beauxx, des handicapés, des vaillants ) sur toute sorte de support ( de grosses voitures, des chaises roulantes, des vélos … ) se croisent.
    Reste une question : pourquoi si l’expérience est si concluante n’a-t-elle pas été étendue au reste de la ville ?

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.