• Nantes Retour sur l’île mardi 15 juin 2010

    Alors que de Bilbao à Barcelone, d’Almere à Rotterdam, les projets urbains semblent de plus condamnés à finir en showroom d’une modernité épuisée dans une « architecture désinhibée » ( koolhaas 78 ), le retour sur l’île est une sorte de passage obligé pour tout urbaniste en quête de ressourcement !

    Certains en déplorent l’impression que les choses ne sont pas finies, qu’une sorte de déshérence y règne. C’est peut être justement ce qui donne son humanité à ce morceau de ville à côté des morceaux de bravoure vendus clefs en main.

    Le choix de travailler l’espace public de manière très simple (petits pavés béton sur sable, préservation de nombreux sols existants …) en jouant sur les traces de l’existant pour donner à voir une sorte de palimpseste qui raconte le passé naval de ces grands territoires, y est pour beaucoup.

    Alexandre Chemetov n’a pas voulu « tourner la page » comme on a tant voulu le faire ailleurs, ou bien « changer l’image » de la ville mais « poursuivre l’histoire de la ville en faisant alliance avec elle ». (Chemetov 2009 ),

    Au fil des promenades, on découvre la modestie des interventions, les soucis que le projet se montre « à travers ce qui s’y passe », que les espaces publics ne soient pas que des lieux de représentations mais aussi un lieu ouvert à des initiatives ». On sent combien c’est toujours le rapport entre le bâtiment et l’espace public qui a occupé l’esprit des urbanistes plus que les bâtiments eux-mêmes.

    « le projet n’est pas l’accomplissement d’un programme mais le moyen d’arriver à l’inventer […] entre l’état des lieux, le projet et le programme les rapports ne sont pas renversés mais plutôt confondus, mélangés, enrichis les uns des autres. »

    Cette démarche qui envisage le programme à partir du site, qui part d’un plan guide qui sert juste de trame de départ plutôt que d’un plan masse figé, Sébastien Marot la qualifie de sub urbanisme.

    Mais il faut le souligner qu’elle a été permise parce que la maîtrise d’ouvrage s’est donnée vraiment les moyens de ces ambitions en attribuant en 1999 à l’équipe de maîtrise d’œuvre un contrat sur plus de10 ans lui permettant à la fois d’accompagner les projets au fur et à mesure de leur naissance et de tisser progressivement ce tissu d’espaces publics qui crée le lien entre les choses.

    La leçon n’a pas encore toujours été comprise.


    > Voir à l’inverse Barcelone, n’a-t-elle pas été trop loin ?

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    Lille Euralille, Koolhaas a-t-il tout compris à l’espace public ? lundi 14 juin 2010

    Dans une ville en crise, l’opération Euralille jouant la carte de l’exacerbation des infrastructures et l’intrusion d’une architecture résolument contemporaine, Koolhaas aura gagné au moins le pari de l’image.
    En réussissant à réintégrer un grand centre commercial et des bureaux en plein cœur de ville, l’opération jouait clairement les pionniers.
    Koolhaas avait compris que l’espace public passe d’abord par la programmation d’une ville complexe et riche.
    Mais il était convaincu que cela suffisait et que le souci de l’aménagement des espaces publics, « l’art public » relevait de ceux qui préféraient embaumer les villes mortes ( Koolhaas 2010 )
    Le résultat est là : Euralille est juste infréquentable. A pied et surtout en vélo.
    L’espace public est non seulement désagréable, disparate, sur occupé, sans qualité mais il est complexe, sans continuité. Il contraint chacun à un vrai parcours du combattant.
    Cet absence d’attention aux aménagements urbains, fait d’Euralille un espace peu « convenient » et peu accueillant, sorte d’agrégation d’objets architecturaux isolés ignorant la question de l’échelle du piéton.

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.